1er salon du Marketing de Réseau

Le 1er salon du marketing de réseau, de la vente à domicile et du télétravail a eu lieu le Jeudi 3 février à Lyon.
A l’initiative de l’association professionnelle des Networkers Business (APNB), regroupant des travailleurs indépendants de la vente directe et du marketing de réseau, ce salon a regroupés exposants, conférences et rencontres professionnelles entre les différents acteurs du secteur.

Cinq autres dates sont prévues en 2011 dans différentes villes de France :

  • Pau (64) en mars
  • Bordeaux (33) en mai,
  • Avignon (84) en Juillet,
  • Paris (75) en septembre et
  • Ploërmel (56) en novembre.

C’est une opportunité pour tout travailleur indépendant, vdi ou auto-entrepreneurs d’exposer et de toucher ainsi une clientèle potentielle, mais également d’échanger entre distributeurs indépendants, confronter et enrichir ses méthodes de travail …
Avec des tarifs tout à fait accessibles pour un indépendant à domicile (de 60 à 90€ pour un stand), ces éditions promettent d’attirer un large public, l’entrée étant gratuite pour les visiteurs.

Crédits photos Copyright (c) 123RF Stock Photos

Comment choisir sa société de portage salarial ?

Le portage salarial permet à un professionnel de réaliser des missions d’indépendants sous un statut de salarié. Le cadre légal s’applique à toute une panoplie de prestations intellectuelles : conseil, formation, management … Les missions ou contrats sont choisis et négociés directement par le professionnel avec une entreprise cliente.
Sous contrat avec une société de portage, le professionnel « porté » est déchargé de tous les aspects rébarbatifs liés à la gestion administrative et financière et bénéficie de la protection sociale des salariés.

Il existe plus de 250 prestataires sur le marché français proposant des services de portage salarial. Alors, comment faire son choix ? Quels sont les critères à étudier pour évaluer une société de portage salarial ?

Impossible de se baser uniquement sur le coût de la prestation. En effet, les commissions prélevées sur le montant des contrats, selon les sociétés et selon la gamme de services proposés, varient de 3 à 15%. Il est bien évident que dans cette large fourchette, le porté n’accède pas aux mêmes gammes de services ni aux mêmes garanties.

Impossible également de se baser sur la taille de la société. Difficile de déterminer si à priori une grande structure est préférable à une petite société de portage. La gamme de services pourrait être plus large dans une grande structure, mais peut-être aussi au détriment d’une communication ou d’un accompagnement personnalisé. Il s’agit réellement d’une étude au cas par cas en se basant sur des critères objectifs.

Nous avons recensé quelques critères importants à étudier avant d’opter pour telle ou telle société de portage. Cette liste n’est pas exhaustive et se doit d’être complété par vos préférences personnelles ou vos contraintes professionnelles.

Contrat, Rémunération et Couverture sociale

  • Type de contrat de travail reconnu par les Assedic.
  • Paiement à la mission ou au mois.
    Assurez-vous que la société de portage vous versera bien un salaire au titre du mois ou vous effectuez vos missions et indépendamment du paiement du client : le paiement du salaire exclusivement à l’encaissement des factures est une pratique illégale.
  • Couverture sociale et avantages  : existence d’une mutuelle, d’un Plan Epargne Entreprise, d’un comité d’entreprise ? …

Proximité géographique :

il s’agit d’un critère dépendant de vos attentes, vos besoins et/ou vos habitudes de communication. Si des structures délocalisées, utilisant les e-procédures, peuvent s’avérer être moins couteuses en frais de gestion, il n’en reste pas moins que la possibilité même ponctuelles de pouvoir rencontrer physiquement ses interlocuteurs reste un atout. A vous de déterminer si ces rencontres physiques seraient fréquentes ou ponctuelles et, en fonction de cela, quelle distance maximum êtes-vous prêt à parcourir ?

Gamme de services proposés :

  • Secrétariat, espaces de réunions, bureaux … Dans certains cas ou professions, il peut s’avérer nécessaire de bénéficier d’un espace de travail-réunion pour recevoir certains prospects ou clients
  • Aide à la recherche de missions : certaines sociétés proposent ce type de service « commercial »
  • Existence ou non d’un réseau professionnel : Intranet/Extranet ou système de communication intra-portés et/ou inter professionnel

Autres prestations :

  • Organisation d’événements : rencontres professionnelles, conférences, réunions …
  • Offre de Formation : gratuites ou payantes

Garanties et sécurité de la société :

  • Année de création
  • Expérience dans votre domaine d’activité ou non
  • Adhésion ou non à un syndicat professionnel ou Fédération Nationale
  • Assurance responsabilité Civile professionnelle couvrant votre domaine d’activité
  • Solvabilité de la structure : existe-t-il une garantie des salaires et/ou une assurance impayés

Notre conseil :

  1. pour chaque critère évoqué ci-dessus, déterminez s’il est pour vous essentiel ou secondaire. Vous pouvez, par exemple, si vous avez déjà une mutuelle performante, décider que la possibilité de mutuelle d’entreprise dans la société de portage est un critère secondaire pour vous.
  2. réalisez un tableau avec chacun des points à étudier en ligne et, avec une société de portage par colonne,  notez les réponses pour chacune d’entre elles. Pour plus de clarté au moment de votre choix, commencez par lister les points essentiels, puis terminez par vos critères secondaires
  3. analysez les résultats

Les critères listés dans cet article pour vous aider à choisir votre société de portage salarial ne sont pas exhaustifs. Ils constituent néanmoins une base cohérente et solide pour vous aider dans vos décisions. Après cette étude personnelle, vous aurez non seulement recueilli toutes les informations importantes à connaître sur les sociétés que vous étudiez mais surtout, vous aurez en main tous les critères pour faire votre choix personnel. Bonne recherche !!

Crédits photos Copyright (c) 123RF Stock Photos

La protection du consommateur dans la vente directe

Dans la législation française, le client ou le consommateur bénéficie de nombreuses protections. Il en va de même pour tout achat réalisé dans le cadre d’une vente directe ou vente à domicile. La législation protectrice des consommateurs en matière de vente directe est codifiée dans les articles L.121-21 et suivants du Code de la Consommation.

Il existe des particularités et protections complémentaires pour tout achat réalisé par le biais de la vente directe :

–          Remise et signature d’un bon de commande dont les mentions obligatoires sont définies par l’article L. 121-23 du Code de la consommation : nom du fournisseur et du vendeur, adresse du fournisseur, adresse du lieu de conclusion du contrat, désignation et caractéristiques précises du produit ou du service proposé, conditions d’exécution du contrat, notamment le délai de livraison, prix global à payer. De plus, les documents remis au client doivent comporter un formulaire détachable afin de lui permettre de renoncer facilement à son achat. Le client doit dater et signer de sa main

–          7 jours de rétractation. Durant ce laps de temps, le vendeur ne peut demander ni accepter aucun paiement (espèces, chèque ou virement).

–          Une commission dédiée pour gérer les litiges pouvant survenir entre le client et son distributeur ou l’entreprise fournisseur du produit. La CPMVD (Commission Paritaire de Médiation de la Vente directe) a pour mission de faciliter la résolution d’un conflit opposant un consommateur à un professionnel de la Vente Directe (adhérent ou non de la Fédération).

–          Garantie Satisfait ou Remboursé sous 30 jours,  appliquée par une large majorité des entreprises productrices des biens et services commercialisés par la vente directe. Cette garantie relève plus d’un code de déontologie professionnelle que d’un aspect purement législatif.

Dans la pratique : Peu de vendeurs à domicile respectent la règle visant à ne recevoir aucun paiement et à ne livrer aucun produit avant l’issue des 7 jours légaux de rétractation. Il ne s’agit pas d’une démarche frauduleuse ni d’une vente forcée, ce fait est tout autant demandé par le client qui souhaite obtenir immédiatement le produit ou service dont il vient de recevoir la démonstration. Toutefois, si dans les 7 jours, le client renonce à son achat, le client est bien évidemment remboursé intégralement. La règle est au final bien respectée.

A savoir : le non respect de ces règles légales est sanctionné  par la nullité du contrat de vente (obligation de reprendre la marchandise et restitution du montant payé par le client) mais aussi par l’application de peines d’emprisonnement (d’un an maximum) et/ou d’amendes (3 750 € maximum).

Le potentiel de la vente directe

Qu’est-ce que la vente directe ?

La vente directe est un mode de distribution de produits ou services, au même titre que les circuits de distribution traditionnels ou du moins plus connus (vente en magasins, vente par correspondance). En vente directe, une entreprise commercialise ses produits ou services par un réseau de distributeurs indépendants qui réalise de manière géolocalisée une vente conseil, de manière individuelle ou en réunion.

La vente directe est caractérisée par :

–          le lieu de réalisation de l’acte de vente : hors magasin. Il peut être au domicile du client ou sur son lieu de travail ou bien encore au domicile du distributeur conseiller.

–          La suppression des intermédiaires traditionnels entre le fabricant/concepteur du produit ou services et le client final, pour ne garder qu’un distributeur apportant ses conseils

Elle est apparue dans les années cinquante aux Etats-Unis, pour ensuite se développer en Europe. Les premières sociétés connues à pratiquer la vente directe ont été : Tupperware, Avon, … Dans les années 90, les métiers de la vente directe ont été légiféré, des codes de déontologie et des organisations professionnelles ont vu le jour ; Tout ceci en fait de nos jours un secteur d’activité parfaitement encadré et légal avec de nombreux avantages et garanties pour le client et le distributeur.

Aujourd’hui ce mode de distribution s’est largement modernisé : on est loin de la classique vente en réunion Tupperware qu’a connu la génération d’après-guerre. Et, surtout, la vente directe offre un large éventail de produits et services : bien-être, produits cosmétiques, vêtements, bijoux, eaux, cafés, aliments pour animaux, … etc …

Quels en sont ses avantages ?

Conseils personnalisés, démonstration ou dégustation

Livraison à domicile

Excellent rapport qualité prix. Du fait de la suppression des intermédiaires classiques, le prix final consommateur est généralement très attractif. Les produits proposés sont de grande qualité : certains plus chers certes qu’en supermarché mais incluant conseils et suivi du client et, de manière générale, moins chers qu’en magasins spécialisés à qualité équivalente.

Suivi client personnalisé. On est bien loin de l’achat anonyme en grande surface …

La vente directe aujourd’hui : un avenir prometteur

Elle tend à se développer et de nombreuses sociétés choisissent ce mode de distribution pour la souplesse d’effectif que cela procure. En effet, les frais de distribution sont ainsi directement proportionnels au chiffres d’affaires et n’augmentent que si le chiffre d’affaires lui-même augmente. Ainsi, des sociétés nouvelles ou innovantes peuvent lancer leurs offres sans lourds investissements commerciaux ou publicitaires, à un prix raisonnable et attractif pour le client final.

D’un autre côté, la vente directe permet également de répondre aux attentes des consommateurs : conseil personnalisé, présentation de l’offre à son domicile évitant ainsi tout déplacement et toute attente, …..  Le client reçoit présentation, offres personnalisées, conseils, dans le confort de son domicile ou de son lieu de travail, dans une ambiance extrêmement conviviale. Dans beaucoup de cas, il peut en plus déguster ou tester le produit dont il s’apprête à faire l’achat … On pourrait résumer en disant que la valorisation de l’achat réalisé en vente directe répond parfaitement aux attentes du consommateur actuel et cet aspect est d’autant plus fort en cette période crise.

Ce secteur prometteur permet également à bon nombre de particuliers de devenir distributeurs-conseillers et ainsi trouver des solutions financières. Que ce soit pour créer des revenus complémentaires, ou pour retrouver une activité professionnelle, les métiers de la vente directe sont des solutions réelles. Outre le contact humain, l’exercice de son activité à domicile, la vente directe permet une grande souplesse dans l’organisation de son temps de travail et convient ainsi parfaitement à tous types de profils.

La France a beaucoup de potentiel dans la vente directe, avec une belle marge de progression à venir, puisqu’il y a environ 2 fois moins de distributeurs et de CA que chez ses voisins anglais ou Allemands. Le potentiel de progression est encore plus fort si l’on compare aux Etats-Unis où le CA de la vente directe est 10 à 12 fois supérieur à celui de la France. Les entreprises les plus modernes sont en demandes de ce type de distribution, les clients attendent ce type de services et de nombreuses personnes en attente de solutions financières peuvent ainsi créer leur propre emploi … 3 bonnes raisons de souligner le potentiel de ce secteur d’activité. L’état l’a bien compris puisque 2010 deux accords majeurs ont été signés : le 12 mai 2010 avec l’Etat pour la création de 100 000 emplois en 3 ans et le 21 septembre avec le ministère de l’économie et pôle. Quel autre secteur de l’économie peut se prévaloir de pouvoir créer 100 000 emplois en 3 ans et être reconnu  être au premier plan des pourvoyeurs d’emplois en France ?? … !!

Pour en savoir plus : liens vers autres articles sur le même thème + site FVD